Conséquences du « Dieselgate » pour le marché de l’occasion ?

 

occasie1

Impossible de ne pas en avoir été informé, à moins de vivre en ermite : Volkswagen a joué, triché…et perdu. Il est soupçonné d’avoir équipé près de 11 millions de moteurs Diesel d’un logiciel illégal destiné à modifier – lisez : améliorer – les résultats de rejets nocifs. Il s’agit des voitures armées des blocs moteurs AE 189 de 1,2, 1,6 et 2,0 litres, sur les marques VW, Skoda, Audi et Seat. Rien qu’en Belgique, cela concernerait plus de 390 000 voitures.

Le consommateur belge est à l’abri

Pour le fabricant, pris la main dans le sac, la sanction sera probablement lourde –. Et le consommateur ? En théorie, il pourrait craindre une majoration de la taxe de circulation, puisqu’elle est basée sur des résultats de rejets polluants inférieurs à la réalité. Mais les dirigeants politiques belges ont déjà clairement exclu de présenter la facture aux automobilistes : ceux-ci ont en effet acheté leur véhicule en toute bonne foi. Ce qui leur accorde une protection morale. Dans ce scénario probable, les autorités accepteront une exception pour ces voitures plus polluantes qu’on ne le pensait. Et chercheront sans doute une compensation auprès du fabricant.

Que faire si vous possédez une telle voiture ?

En Belgique, 197 328 personnes roulent dans une VW, 121 712 en Audi, 51 069 en Skoda et 23 539 dans une Seat dont le moteur a été équipé du logiciel tricheur. Mais celui-ci n’a aucune influence sur le fonctionnement normal du véhicule. Il peut même être effacé sans conséquence. Reste à savoir si les voitures concernées devront être réadaptées afin de respecter la norme. Mais pas de risque non plus d’ouvrir son portefeuille. Pour parer aux conséquences de ce scandale, le groupe Volkswagen a déjà provisionné 6,5 milliards d’euros. Et ce n’est peut-être qu’un début.

L’importateur D’Ieteren a de sa propre initiative suspendu la fourniture des véhicules concernés. Mais il n’y aurait pas été contraint, car c’est pratiquement infaisable. Revendre un véhicule doté d’un moteur incriminé sera aussi facile qu’autrefois, que l’on soit particulier ou revendeur professionnel. En effet, il n’y aura aucune restriction. Le fabricant a garanti que les adaptations ultérieures, si elles apparaissaient nécessaires, n’auraient aucune influence sur la sécurité ou la durabilité du véhicule.

Commentaires

Il n'est pas possible d'insérer des commentaires de cet article.